Vous donnez-vous de l’importance?


En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux.
Marc Aurèle

 

Marc Aurèle avait tout compris! Bien qu’empereur, il avait saisi l’instantanéité de la vie. Sans doute car il cultivait une approche stoïque de la vie.

Le stoïcisme part du principe que nous avons une influence sur certaines situations de nos vies, que nous pouvons donc les changer, mais que sur celles où nous n’avons pas d’influence, et que nous ne pouvons pas changer, il ne sert à rien de lutter en vain.

Combien de fois nous arrive-t-il de pester, de stresser, de nous angoisser quotidiennement sur des  choses sur lesquelles nous n’avons finalement aucune prise ni aucun pouvoir. Avez-vous déjà comptabiliser toute l’énergie et le temps que vous y passez?… Et n’oubliez pas de compter également les nuits blanches passées à ressasser et à se torturer l’esprit.

Cela veut-il dire que ces problèmes et ces situations sont tellement plus importants que nous-mêmes? Vu le temps et l’énergie que nous y passons, il y a sans doute un peu de vrai.

Et si nous décidions de nous donner plus d’importance ainsi qu’aux choses positives de la vie, celles qui nous boostent le moral et la santé, celles qui nous nourrissent et nous emplissent de joie et d’énergie? Comme par exemple de réaliser combien le simple fait de vivre, respirer, marcher, être libre, est un bien précieux.

En choisissant en toute conscience de switcher sur des pensées positives, de lâcher prise des émotions négatives, nous créons de nouveaux chemins de pensée qui deviendront, par la répétition, des automatismes qui nous mèneront à une nouvelle perception de la réalité.

Pourquoi dès lors continuer à se faire mal en s’acharnant sur des choses dont on n’a pas le contrôle?

Je vous invite à vous faire du bien, à vous recentrer sur l’essentiel, sur les choses simples qui font que la vie vaut d’être vécue. Et aussi à prendre conscience du mal que votre stress, vos angoisses, vos doutes occasionnent chez vous.

Exercice : lorsque vous rencontrerez une contrariété ou un obstacle, prenez le temps d’évaluer si vous pouvez changer la situation de votre propre chef ou non. Si vous ne pouvez rien faire, arrêtez-vous et accueillez avec bienveillance cette part de vous qui se rebelle. Observez le émotions que vous ressentez, sans jugement, toutefois en ayant pleinement conscience du mal qu’elles vous font. Vous pourrez ensuite choisir de continuer d’aller mal, ou d’opter pour une attitude stoïque.

 

Abonnez-vous aux chroniques de 2CoachYou

Logo 2Coachyou Symbole