A deux, on va trois fois plus vite !…


« Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double » – Isaac Newton

Connaissez-vous le concept de jobsharing?

Pour résumer, il s’agit de partager un poste de travail entre deux personnes. Donc de postuler conjointement à une offre d’emploi.

Déjà bien répandue hors des frontières suisses, et en Suisse allemande depuis de nombreuses années, cette pratique commence à percer en Suisse romande.

Pourquoi le job sharing?

De nos jours, le marché de l’emploi est toujours plus ardu en termes d’attentes des employeurs : flexibilité, compétences particulières et spécifiques, mais aussi et en même temps des connaissances plus générales, une capacité d’adaptation à toutes les situations, de l’expérience, de la disponibilité, etc…

Si nous pouvons répondre à l’un des critères, nous ne répondons pas forcément à tous les critères. Et cela peut mettre en péril notre candidature.

L’idée serait donc de répondre à TOUS (ou presque) les critères d’une offre d’emploi, mais en les répartissant sur deux personnes qui partagent le même poste.

Les avantages

un apport très riche en termes d’expériences et de compétences

une plus grande disponibilité de son temps

une meilleure qualité de vie personnelle

une meilleure employabilité

une alliance constructive et positive avec son/ses partenaire/s de travail

l’assurance pour l’employeur d’avoir toujours des compétences à disposition en continu

l’accès à des fonctions supérieures en respectant l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle

la possibilité de reprendre un travail après une période d’arrêt prolongée

la possibilité de cumuler une (ou plusieurs) activité/s salariée/s et une activité indépendante

La liste n’est de loin pas exhaustive.

Les défis

A part trouver le bon partenaire pour partager sa place, il n’y en a pas vraiment.
Peut-être subsiste-t-il encore des a priori de la part des recruteurs et employeurs : la peur de perdre le contrôle sur leurs employés, la nouveauté que représente ce concept, la peur de voir l’un des partenaires quitter le bateau et n’être pas remplacé dans les meilleures conditions, les coûts légèrement plus élevés en termes de formation continue ou de place de travail, la crainte de n’avoir pas un seul référant pour le travail à effectuer.

Et si l’avenir c’était le job-sharing?

Par sa conception du travail – flexibilité, diversité, équilibre vie personnelle/vie professionnelle, mobilité, approche participative, économie du partage – la génération Y a déjà bien compris les enjeux positifs du job sharing.

Le fait de vouloir alléger son temps de travail pour se consacrer à autre chose que le travail dans sa vie est probablement LE nouveau paradigme de notre société, dont il faut tenir compte désormais.

Pour la génération X qui précède, ce paradigme bouscule un peu ses aspirations et son leitmotiv «  rien n’est impossible, il suffit qu’on y mette le temps et l’argent ».

Si on en juge le nombre de fractures sociales et indviduelles (chômage, burnout, licenciements, démotivation, délocalisation) qui vont de pair avec cet adage, il est grand temps de changer de paradigme et de passer à un nouveau modèle de travail participatif et solidaire.

Go-for-jobsharing.ch

 

Vous êtes intéressés par cette thématique `?

Elle vous « parle » ?

Vous voulez en savoir plus ?

Vous avez un projet mais ne savez pas comment vous y prendre ?

 


 

L’association Go-For-Jobsharing organise le

15 mai 2017, de 18h30 à 21h30,
à l’Espace Dickens à Lausanne

une soirée de découverte avec des ateliers participatifs

Venez découvrir comment vous allez manager votre temps de travail de demain

S’INSCRIRE

Télécharger le flyer de l’event